Publié le 13 avril 2022 | Thème(s) :

Madame A., 34 ans, souffre depuis la naissance d’une maladie auto-inflammatoire non étiquetée, représentée par des poussées de fièvre accompagnées d’arthralgies et d’uvéite. Malgré un traitement par immunosuppresseurs (méthotrexate puis anti-TNF) bien conduit, et une corticothérapie au long court, elle garde actuellement des séquelles avec notamment une forte baisse de l’acuité visuelle.
Sa première fille de 11 ans présente les mêmes poussées inflammatoires depuis la naissance, avec en plus une atteinte cutanée nodulaire et une splénomégalie.
Sa seconde fille de 2 ans présente depuis l’âge de 2 mois une symptomatologie plus sévère, avec fièvre récurrente, nodules cutanés et inflammation systémique, de même que des difficultés alimentaires ayant nécessité la mise en place d’une nutrition entérale.

Madame A. avait bénéficié en 2017 d’un séquençage d’exome en trio (avec ses parents sains), qui n’avait pas permis d’identifier une cause génétique.

Devant ces résultats non conclusifs, un séquençage de génome est réalisé en 2019 par le laboratoire AURAGEN. L’analyse met en évidence une variation intronique dans le gène IKBKG, dont certaines variations pathogènes sont responsables d’une nouvelle entité décrite en 2020, le syndrome NEMO-NDAS (de Jesus, J Clin Invest et coll., 2020). Ces données et le saut d’exon entrainé par cet variation intronique ont été confirmés par le laboratoire de génétique de Montpellier, permettant de classer cette variation comme pathogène. Une collaboration scientifique est en cours avec l’équipe américaine ayant décrit cette pathologie pour mieux comprendre sa physiopathologie et sa variabilité, s’agissant de la première forme familiale rapportée.

La découverte de la cause moléculaire de cette maladie au sein de cette famille permet d’identifier la voie dérégulée et d’envisager des traitements ciblant l’excès d’activation de la voie NFKb comprenant des anti-TNF haute dose et des inhibiteurs de JAK, ces traitements ayant été utilisés en association chez d’autres patients porteurs de cette maladie avec succès.