Ataxies héréditaires du sujet jeune

Porté par : BRAIN-TEAM
Référents :
Clinicien(s) : Claire EWENCZYK
Biologiste(s): Eric LEGUERN

Présentation

Les ataxies cérébelleuses progressives rares sont caractérisées par l’apparition, chez l’enfant ou l’adulte, d’un syndrome cérébelleux au premier plan, et d’une atrophie du cervelet à l’IRM cérébrale.

Les bases moléculaires des ataxies cérébelleuses progressives rares et maladies apparentées sont nombreuses et hétérogènes, encore mal connues, avec à ce jour plus de 200 gènes impliqués, menant à des chevauchements avec d’autres catégories syndromiques (paraparésies spastiques, dystonies, leucodystrophies, ataxies congénitales, syndromes parkinsoniens, démences rares). Dans ce contexte, le séquençage très haut débit est aujourd’hui la stratégie recommandée.

Critères avant d’envisager
une discussion en RCP

Cas sporadique de début <50 ans, ou cas familial :

  • Examen clinique complet précis et IRM cérébrale avec séquence T2*/SWI et sagittales T1
  • Formes dominantes : tester ataxies par expansion SCA1,2,3,6,7,17, DRPLA avec SCA36 si disponible
  • Formes récessive, sporadique, liée à l’ X
    • Biomarqueurs 1 : Vitamine E, alphaFP, albumine, Hexosaminidases, Acide phytanique, pristanique, AGTLC à jeun, homocystéine, cholestanol, Lyso SM509, CPK
    • EMG
    • Analyse du gène FXN (Ataxie de Friedreich) sauf si atrophie cérébelleuse sévère
    • Analyse du gène FMR1 (syndrome FXTAS) si début autour de 50 ans
    • Analyse SCA2,7 (si ataxie précoce sévère + troubles oculomoteurs-SCA2, si ataxie précoce sévère+rétinopathie-SCA7) et SCA6 (si tardif, lent)
  • Explorer les cadres dominant et récessif/sporadique/lié à l’X si le mode de transmission n’est pas clair

Envoi en Duos au minimum, en trios si possible (sauf *)

  • Prélever ≥ 1 autre atteint (tous ceux disponibles, privilégier les atteints éloignés) et/ou
  • Prélever ≥ 1 parent sain :
    • Cas sporadiques: les deux parents si possible
    • Apparenté sain (cousin premier degré..) : privilégier la branche « non à risque » ;
    • Apparenté sain mais à risque : privilégier ceux d’âge > à l’âge de début de la pathologie chez le cas index
  • pénétrance incomplète et expressivité variable des pathologies : attention au risque de diagnostic présymptomatique non souhaité chez personne à risque
  • *prélèvement « en solo » autorisé en exception : si début pathologie <20 ans ou cadre familial clair (≥2 atteints, consanguinité )

Place du STHD dans la stratégie diagnostique

Cartographie des RCP

RCP
Type de la RCP
Ville du coordinateur
Nom, prénom, et mail du contact

RCP 1

Régionale (Ile de France) Nationale Adulte
Paris-Pitié

RCP 2

Régionale (Ile de France) Nationale Enfant
Paris-Trousseau

Diana RODRIGUEZ

diana.rodriguez@aphp.fr

Lydie BURGLEN

lydie.burglen@aphp.fr

RCP 3

Interrégionale (Bretagne, Pays de la Loire, Centre Val de Loire)
Angers

Christophe VERNY

chverny@chu-angers.fr

Virginie PICHON

virginie.pichon@chu-angers.fr

RCP 4

Interrégionale (Nouvelle Aquitaine, Rhône-Alpes)
Bordeaux

RCP 5

Interrégionale (Grand Est, Bourgogne Franche-Comté)
Strasbourg

Mathieu ANHEIM

mathieu.anheim@chru-strasbourg.fr

Christine TRANCHANT

christine.tranchant@chru-strasbourg.fr

Solène FRISMAND

s.frismand@chru-nancy.fr (Nancy)

Mathieu BEREAU

mbereau@chu-besancon.fr (Besançon)

Christel THAUVIN

christel.thauvin@chu-dijon.fr (Dijon)

Anne DOE DE MAINDREVILLE

adoedemaindreville@chu-reims.fr (Reims)

RCP 6

Interrégionale (Occitanie, PACA)
Montpellier

RCP 7

Interrégionale (Hauts de France, Normandie)
Lille