Pathologies rares du métabolisme phospho-calcique ou de la minéralisation dentaire

Porté par : OSCAR
Référents :
Clinicien(s) : Anya Rothenbuhler, Pascal Houillier
Biologiste(s): Arnaud Molin, Bruno Francou

Présentation

Maladies rares avec hypocalcémie, hypercalcémie, hypophosphatémie, hyperphosphatémie, ou anomalie de la minéralisation dentaire.

Population ciblée : patients suivis dans le cadre du CRMR du métabolisme du calcium et du phosphate et présentant une affection congénitale se manifestant par une anomalie de la régulation de la calcémie ou de la phosphatémie, la plupart incluant un défaut de minéralisation dentaire.

Ces pathologies ont un impact majeur sur la santé générale et nécessitent une prise en charge spécialisée, tout au long de la vie.

Critères avant d'envisager une discussion en RCP

Critères avant d’envisager une discussion en RCP

Comme requis de pré-indication, les patients doivent rentrer dans le cadre de l’une des 4 sous-populations ci-dessous :

– Patients présentant une hypocalcémie par anomalie du métabolisme de la vitamine D ou par défaut de fonction ou d’action de la parathormone. Le diagnostic est alors posé devant une hypocalcémie associée à des anomalies du bilan phosphocalcique, incluant, le taux de 25OHD, 1,25OH2D, la magnésémie ou la PTH. Les situations de carence exogène sont exclues par les explorations biochimiques et/ou les tests thérapeutiques.

– Patients présentant une hypercalcémie indépendante de la PTH ou un phénotype biochimique de diminution de la sensibilité au calcium. Le diagnostic est alors posé devant une hypercalcémie associée à des anomalies du bilan phosphocalcique, incluant le taux de 25OHD, 1,25OH2D, la magnésémie ou la PTH. Les situations d’hyperparathyroidie primitive sans argument pour une diminution de la sensibilité au calcium sont, dans un premier temps, exclues de la pré-indication.

– Patients présentant une hypophosphatémie par anomalie de la régulation endocrine ou rénale de la réabsorption du phosphate. Le diagnostic est alors posé devant une hypophosphatémie associée à des anomalies du bilan phosphocalcique, incluant, le taux de FGF23, 1,25OH2D, ou la PTH.

– Patients présentant une hyperphosphatémie par anomalie de la régulation endocrine ou rénale de la réabsorption du phosphate. Le diagnostic est alors posé devant une hyperphosphatémie associée à des anomalies du bilan phosphocalcique, incluant, le taux de FGF23, 1,25OH2D, ou la PTH.

Patients présentant une anomalie de la minéralisation du cément, de l’émail ou de la dentine. Le diagnostic est alors posé devant une anomalie de structure atteignant l’ensemble des dents temporaires comme permanentes et se traduisant par des défauts de teinte, et/ou de forme, et/ou, de surface, ainsi que, pour les atteintes cémentaires, un défaut/une absence du système d’ancrage de la dent à l’os alvéolaire pouvant mimer ou accentuer une maladie parodontale. Ces manifestations peuvent êtres isolées ou associées à l’hypo- ou l’hyper- calcémie et phosphatémie.

Le panel NGS correspondant doit avoir été fait et considéré comme non contributif.

Place du STHD dans la stratégie diagnostique

Cartographie des RCP

RCP
Type de la RCP
Ville du coordinateur
Nom, prénom, et mail du contact

RCP Maladie CaP

Nationale
Le Kremlin-Bicêtre

Agnès LINGLART

agnes.linglart@aphp.fr

Anya ROTHENBUHLER

anya.rothenbuhler@aphp.fr

Pascal HOULLIER

pascal.houillier@aphp.fr

Arnaud Molin

molin-a@chu-caen.fr

Peter Kamenicky

peter.kamenicky@aphp.fr

Bruno Francou

bruno.francou@aphp.fr