FORMATIONS

INITIALES ET CONTINUES

De nouvelles compétences sont nécessaires pour relever le défi d’une génomique médicale qui se numérise, qui s’industrialise, qui accède désormais au monde des BigData et qui impose une interopérabilité des données, anonymisées et cryptées, au plan international.

Les besoins en compétences sur les différentes étapes du parcours de soin, tant au niveau des nouvelles plateformes de séquençage, du Collecteur analyseur de données (CAD), que des laboratoires impliqués, couvrent plusieurs champs multidisciplinaires :

  • La génétique et la biologie moléculaire avec les technologies de séquençage actuelles et futures,
  • L’informatique (machine learning et deep learning), la bioinformatique, la bioanalyse et la biostatistique.
  • Ces besoins s’élargissent à des aspects spécifiques du parcours de soin concernant l’information, le consentement et le rendu des résultats ainsi que le conseil et l’accompagnement des patients et des familles.

Ces compétences nouvelles concernent des niveaux de formation allant du technicien à l’ingénieur, incluant les personnels médicaux, cliniciens et biologistes, qui devront nécessairement maîtriser, au moins en partie, certaines d’entre elles.

Lire la suite

Le groupe de travail « Formation » du plan France médecine génomique 2025 a été placé sous l’égide de la Conférence des Présidents d’Université (CPU). La CPU a chargé le Président de l’Université d’Evry-Val-d’Essonne, Patrick Curmi, d’animer le groupe intégrant notamment Pierre Tambourin, ancien Directeur général du Genopole et conseiller de l’université, les responsables formation des deux premières plateformes de séquençage AURAGEN et SeqOIA, le Centre de référence d’innovation, d’expertise et de transfert (CRefIX) et des représentants des ministères de la santé et de l’enseignement supérieur.

OÙ EN EST-ON ?

Présentation d’un rapport proposant un premier plan de formation associé au Plan France Médecine Génomique 2025. - septembre 2019
Cartographie de l’ensemble de l’offre de formation des universités françaises et des écoles d’ingénieurs du secteur public - février 2018
Lire la suite
  • Enquête conduite auprès de l’ensemble des responsables de formations des universités françaises et des écoles d’ingénieurs du secteur public, identifiées notamment via leurs sites web, y compris celles des UFR de médecine et via les documents du MESR. Cette première étape avait pour buts :

1) d’identifier les formations déjà existantes et pertinentes pour le déploiement du Plan FMG 2025.

2) d’estimer le contenu actuel de ces formations, le nombre d’étudiants formés chaque année et les débouchés.

Seules les formations à visée professionnelle immédiate ont été retenues (DPC, DUT, DU/DIU, licence professionnelle, Master 2, titre d’ingénieur).

  • Ce travail « d’inventaire » initial a couvert l’ensemble de la chaîne de valeurs de la médecine de précision. Cette chaîne s’étend de la gestion de l’échantillon jusqu’au rapport d’interprétation médical permettant le cas échéant de formuler un diagnostic ou des conseils préventifs ou thérapeutiques, tout en incluant les spécificités de l’informatique, de la bio-informatique, du « Big Data » ou du règlementaire en particulier dans la gestion des données.

Lancement du groupe de travail Formation - octobre 2017
SUR CE THÈME
Communiqué de presse
Articles
Vidéos